De l’eau à perte de vue